Paradise Sounds

Single - Exposition
2012

Luc Benito : batterie
Régis Laugier : basse
Nico Morcillo : guitare
Arnaud Maguet : thérémine

Alain Johannes : guitare




Réalisé, enregistré et mixé par Alain Johannes au studio 11AD - Los Angeles, CA

Conception graphique par Olivier Millagou

(P) & (C) 2012 Parallel Factory

Projet

Un mois seulement après leur première collaboration dans le cadre de l’exposition Smiled, Olivier Millagou et Hifiklub trouvent l’occasion de travailler de nouveau ensemble. Bande son de l’exposition du même nom, Paradise Sounds voit ainsi la participation du Hifiklub associé pour l’occasion à Alain Johannes. Le titre Music For Paradise est improvisé à Los Angeles alors que le groupe achève les sessions de son album From Coast To Coast, quelques heures avant de prendre son avion retour pour Toulon. L’exposition s’ouvre à l’espace d’art Le Moulin de La Valette-du-Var le 27 novembre 2012, pour s’achever le 20 janvier 2013.

Nerina Ciaccia décrira ainsi le projet d’Olivier Millagou:

« Paradise Sounds d’Olivier Millagou est une enquête sur le concept non seulement de paradis, mais d’un paradis conçu comme un ailleurs non connaissable dans son essence, mais qu’on pourrait deviner et imaginer. Le spectateur est accueilli par un faux néon qui annonce PARADISE, et qui, en fait est une résistance incandescente qui dégage de la chaleur. L’écriture lumineuse est une invitation à explorer l’espace qui se laisse pressentir après la chaleur et la lumière, c’est un mécanisme paradoxal qui, de signe, devient un prédicat du concept représenté. Après s’être éteinte, elle nous offre la possibilité d’effectuer une traversée : la chaleur qui décroît nous aide à laisser derrière nous la fonction de l’objet à la faveur du signifié de l’écrit, elle devient un signe de territoire qui nous montre où se situe l’ailleurs, mais qui, en même temps, ne fait rien d’autre que de nous surinformer sur les intentions de l’artiste. En effet, si nous allons au-delà, nous rencontrons la « traduction » de l’objet PARADISE en signe. Sur une série de cartes blanches, l’artiste imprime des palmes, symbole évocateur de lieux exotiques, de lieux paradisiaques. C’est là une suggestion, une petite lueur sur la conception qu’a l’artiste du paradis. C’est le seul signe concret, l’unique espace que Millagou se réserve à l’intérieur de ce parcours à la recherche de l’ailleurs. En progressant dans l’exposition nous nous trouvons devant de véritables lieux géographiques : en partant de Google maps, l’artiste a extrapolé des cartes de plages et de rivages et les a réélaborées jusqu’à créer des peintures monochromes blanches dans lesquelles nous pouvons voir une nouvelle cartographie, où ce qui se détache, c’est l’abstraction du signe géographique. Les territoires représentés sont transfigurés par le signe pictural et décontextualisés au point d’en faire des lieux possibles. Il en résulte une puissante poly-fonctionnalisation du concept qui nous facilite non seulement l’approche, mais aussi la compréhension des cartes réécrites. Paradoxalement, celles-ci s’inspirent de lieux qu’elles reproduisent, mais elles n’en parlent pas directement, elles ont été transformées en signe abstrait dans lequel la désaturation informative ne nous permet plus de percevoir clairement si c’est le facteur temps ou si c’est le facteur lieu qui opère le glissement de sens qu’elles portent. De là naît une extranéité cachée qui nous fait faire un plein de sens semblable à celui qui s’est produit avec l’écriture PARADISE. »

Titres

  • 10LEC6

  • Appletop

  • Bader Motor

  • Johnny Hawaii

  • Hifiklub & Alain Johannes

  • The Legendary Tigerman & Rita Redshoes

Vidéos